RETOUR       LES VOILIERS DU YUCATAN   
 

Les voiliers du Yucatán

Chaque année, de mi-janvier à fin février, à l’entrée du golfe du Mexique et au large d’Isla Mujeres, là où la péninsule du Yucatán semble s’agenouiller dans l’océan, des multitudes de poissons voiliers se donnent rendez-vous pour un festin de sardines. Découvrons en PMT sportif et en apnée ce ”sardin run” à la mexicaine. Un reportage insolite de Frédéric Di Méglio.

 

Un spectacle unique se déroule chaque année en période hivernale, au large d’Isla Mujeres. Une chasse sauvage avec une frénésie alimentaire où se mélangent dans l’attaque, en surface les frégates noires et en dessous les poissons voiliers en bande, avec parfois une horde de dauphins qui vient tout faire exploser. Une fantasia mexicaine sauvage avec au milieu des millions de sardines qui se regroupent alors en boules de quelques centaines, voire quelques milliers, d’individus pour essayer de survivre, ceci sous les assauts des prédateurs qui les empêchent de redescendre vers le fond. Nous sommes très au large de Cancún, à 30 miles nautiques de la côte et pourtant les profondeurs ici sont faibles, 30 à 40 mètres seulement. Le fond de l’océan, par son plateau continental, remonte considérablement pour pénétrer ici au niveau de la péninsule du Yucatán dans le golfe du Mexique, très loin des eaux profondes caraïbes.

 

Ceci me rappelle étrangement la configuration géographique qui permet le célèbre ”sardin run” que j’ai connu sur la wild coast d’Afrique du sud. Avec lui, l’océan amène des courants marins riches en nourriture, en cette période hivernale de chaque début d’année, courants qui montent le long de l’Amérique centrale et qui sont poussés vers le nord. Un véritable corridor biologique marin qui remonte ainsi vers l’entrée du golfe du Mexique. Ces courants attirent des millions de sardines en bancs qui se réunissent aussi pour s’y reproduire, et bien sûr une chaîne de prédateurs. La nuit, les sardines pour se nourrir de plancton se rapprochent de la surface et s’y retrouvent piégées ensuite le matin, d’autant que les fonds en ces lieux sont très proches de la surface. C’est pour cela, qu’il faut partir tôt. Port de départ Isla Mujeres, l’île aux femmes. Une île bien sympathique, peu touristique en cette saison hivernale et loin des clichés de la Riviera Maya un peu trop exubérante. Plus authentique en tout cas.

Les diables sont des cavaliers

Flegmatiques sur leurs poteaux de bois, les pélicans surveillent l’eau turquoise. Sept heures du matin, sur un des pontons d’Isla Mujeres, nous attendons notre speed boat pour cette première expédition. Elle sera singulière, nous ne le saurons que plus tard, au bout de nos cinq jours d’expédition quotidienne, car les conditions météo à cette époque sont aléatoires et les rencontres variables, aléas de dame Nature. Jean-Pierre, Igor, Olivier et moi retrouvons notre accompagnateur de Phocea Mexico, le très sympathique Facundo, passionné lui aussi de prises de vues sous-marines. Embarquement rapide, nous contournons à vive allure le flanc nord d’Isla Mujeres, direction le large. Après plus de deux heures de navigation, parfois avec pas mal d’embruns et de vagues, voici les premiers oiseaux de mer qui planent, ils signalent que nous sommes sur zone. D’autres bateaux y sont aussi, mais ces derniers sont des grandes vedettes dédiées à la pêche sportive. En cas de prise d’espadon voilier, le poisson doit être relâché. Plus les frégates tournent au ras de l’eau, plus l’action est proche. Ces oiseaux ne sont pas des nageurs, leur plumage n’est pas étanche, ils saisissent leurs proies juste à la surface en rasant les vagues. Les yeux du capitaine, un pêcheur mexicain reconverti et au visage plissé par le soleil, décèlent sous la surface les drames qui s’y nouent et leurs tourbillons. La tension monte d’un cran. Voilà qu’un aileron de voilier perce et frappe violemment la surface. Les frégates piquent. Vite, glisser du plat-bord dans l’eau avec le caisson photo, filer dans la direction des oiseaux, puis palmer, palmer, palmer… pour suivre le ”bait ball”, c’est-à-dire la boule, sorte d’appât mouvant et argenté que forme chaque regroupement de sardines. Ne pas oublier de respirer, surtout expirer pour tenir le rythme. Des particules blanc argenté ponctuent le bleu (pas si bleu d’ailleurs), ce sont des traces, celles des écailles des victimes de la chasse et du festin. L’agitation est à son comble. Je vois une masse argentée de quelque cinq mètres de diamètre faire des zigzags en tous sens : les sardines brillent de leurs feux, victimes expiatoires. Les diables sont ces cavaliers, des ombres noires qui se dressent comme des phénix, silhouettes furtives et mobiles qui jaillissent de la pénombre bleutée dans leurs armures de voiles dressées. Plus d’une quinzaine de voiliers, chacun d’une envergure de près de 2 mètres, rostre compris. Une apnée m’amène quelques mètres plus bas pour avoir une vue panoramique et de là, la vision est fantomatique. Ouah !… Tout se comprend en une perception de l’ambiance, l’instant devient éternité. J’ai l’impression d’être en phase et de comprendre la stratégie organisée et bien rodée des poissons voiliers. Toute une mémoire génétique de gestes automatisés et codifiés du groupe, venus de la transmission animalière du savoir. Les sardines n’ont aucune chance d’y échapper. Les voiliers leur barrent le passage vers le fond et chaque cavalier avec sa voilure-crête prête à se déployer attend son tour pour attaquer. Une distribution des rôles parfaitement réglée et une technique de groupe extrêmement efficace. Oups… Ne pas oublier de respirer, il faut remonter…


Pour découvrir la suite de l'article, s'abonner
 
   
 

 

       
ESPACE PARTENAIRE
RECHERCHER DANS LE SITE
 
FFESSM
24 Quai de Rive-Neuve
13284 MARSEILLE Cedex 07
FRANCE
Tél : +33 (0)4.91.33.99.31
Fax : +33 (0)4.91.54.77.43
N° indigo : 0 820 000 457
Contacts FFESSM
 
Mentions légales
Liens
Information générales
La plongée en bouteille
La plongée libre
Pratiquer un sport Subaquatique
Les avantages de la licence FFESSM
Accès à toutes les activités avec la licence
Les avantages des partenaires
La boutique en ligne et SUBAQUA
Les dossiers de la FFESSM
Développement durable
DORIS
Les dossiers SUBAQUA
Le clip dela FFESSM
Le sommaire du dernier SUBAQUA
 
Informations pratiques
S'abonner à SUBAQUA
La boutique en ligne
La FFESSM près de chez vous
Enregistrez votre pack découverte
Rechercher un club
Poser votre question