RETOUR       PLONGER AUTREMENT… PLONGEZ NORMAND   
 

Plonger autrement… Plongez normand

Ou comment plonger sur la côte d’Albâtre

Suite au ”Grand Bleu” en 1988 qui a fait beaucoup pour l’essor de la plongée loisir et le nombre de pratiquants qui en a résulté, nombreux sont les plongeurs qui ignorent ou n’imaginent même pas que l’on puisse s’immerger dans la Manche, plus précisément au large de la Seine-Maritime, en Haute-Normandie. Et pourtant, mon club de plongée, le Club subaquatique rouennais vient de fêter ses 35 ans d’existence… Un récit de François Wender du Club subaquatique rouennais.


C'est vous dire si nous sommes fiers de tout ce chemin accompli ensemble et du nombre de plongeurs à s’être formés dans notre association et à y pratiquer une activité régulière. Pour cela, nous nous entraînons en piscine à Rouen où nous possédons un bassin de nage de 25 mètres de long, une fosse de 5 mètres de profondeur et nous sortons en mer avec notre barge de plongée d’une capacité de 23 plongeurs basée dans le port de Dieppe, sur la côte d’Albâtre. D’ailleurs, nous ne sommes pas les seuls : présents avec une quarantaine de clubs de plongée, les plongeurs hauts normands n’ont pas à rougir de la pratique de leur activité.

 

Laissez-moi alors vous présenter notre domaine d’évolution subaquatique : la côte d’Albâtre, située sur la partie Est de la Manche. Elle correspond au littoral du Pays de Caux et constitue la quasi-totalité de celui de la Seine-Maritime. Ceux et celles qui la fréquentent régulièrement savent que leur littoral est très accueillant. Ils y pratiquent la plongée sous-marine essentiellement sur des épaves de bateaux aux destins plus ou moins tragiques qui leur fournissent des décors divers, une faune et une flore riches en variétés. Ces épaves, de par leur nature et leur diversité, méritent autant d’intérêt que leurs voisines de la baie de Seine, immergées à jamais dans un des plus grands cimetières d’épaves de la planète : celui du débarquement de Normandie opéré par les Alliés lors du 6 juin 1944. Car la côte d’Albâtre, témoin depuis des siècles du trafic maritime entre le monde et les grands ports maritimes de Dieppe, Le Havre, Rouen et les ports de pêche du Tréport, de Saint Valéry-en-Caux, Fécamp ne contient pas que les quelques rares épaves du débarquement anglo-canadien de Dieppe du 19 août 1942. Elle nous offre aussi un panel d’épaves riche et varié.

Ces fortunes de mer sont constituées de tous les abordages, échouages et incendies que des navires sans équipement moderne n’ont pu affronter avant l’ère du radar et du Gps et de tous les canonnages, torpillages, minages et bombardements subis par d’autres bâtiments, de commerce ou de pêche, civils ou militaires, de surface ou sous-marins, lors des deux dernières guerres mondiales. Quelques épaves modernes existent, tels les chalutiers victimes de croches de leur chalut au fond, ceux coulés au titre du plan Mellick dans les années quatre-vingt-dix et quelques autres navires victimes d’avaries sous-estimées au regard de leur gravité.

Bien sûr, ces épaves constituent des récifs artificiels et la faune et la flore sont au rendez-vous : moules, coquilles saint-jacques, amandes de mer, huîtres pieds de cheval, bulots, seiches, lançons, blennies, maquereaux, tacauds, bars, lieus, morues, rougets, saint-pierres, dorades, congres, balistes gris, homards, tourteaux, araignées de mer, étrilles, œillets de mer, alcyons blancs, corinactis, etc. avec pour certaines espèces, une présence massive en banc ou un regroupement dans les trous et failles.

La plongée en Manche Est a cette caractéristique : elle permet de rassembler et de mettre d’accord les passionnés d’histoire avec les fans de biologie sous-marine ! Sans épave, pas de faune et par conséquent pas moyen de visiter une épave sans se retrouver nez à nez avec une espèce sous-marine présente… C’est ça la Normandie, p’tete ben qu’oui, p’tete ben qu’non… d’ailleurs, même les ferrailleurs invétérés aiment retrouver les dauphins qui se sont installés au large de Dieppe depuis plusieurs années.

En ce qui concerne les épaves, nous nous arrêterons sur quelques noms de nos monuments régulièrement visités : train-ferry le Daffodil, cargos Leeuwarden, Coonagh, Granville, Malachite et Général Metzinger, navires allemands UJ 1433 et Gauss, sous-marin Prairial, navires modernes cargos Braga et Tangonnier, tous en bon état de conservation. Des avions existent, il n’en reste malheureusement que peu de vestiges, enfouis dans le sable en raison de la force du courant et des chalutages successifs.

 


Pour découvrir la suite de l'article, s'abonner
 
   
 

 

       
ESPACE PARTENAIRE
RECHERCHER DANS LE SITE
 
FFESSM
24 Quai de Rive-Neuve
13284 MARSEILLE Cedex 07
FRANCE
Tél : +33 (0)4.91.33.99.31
Fax : +33 (0)4.91.54.77.43
N° indigo : 0 820 000 457
Contacts FFESSM
 
Mentions légales
Liens
Information générales
La plongée en bouteille
La plongée libre
Pratiquer un sport Subaquatique
Les avantages de la licence FFESSM
Accès à toutes les activités avec la licence
Les avantages des partenaires
La boutique en ligne et SUBAQUA
Les dossiers de la FFESSM
Développement durable
DORIS
Les dossiers SUBAQUA
Le clip dela FFESSM
Le sommaire du dernier SUBAQUA
 
Informations pratiques
S'abonner à SUBAQUA
La boutique en ligne
La FFESSM près de chez vous
Enregistrez votre pack découverte
Rechercher un club
Poser votre question