RETOUR       LE BRÉSIL, L’ARCHIPEL PRÉSERVÉ   
 

 

LE BRÉSIL, L’ARCHIPEL PRÉSERVÉ

Fernando de Noronha, surnommé l’émeraude de l’océan, est un petit archipel d’îles volcaniques situées dans l’Atlantique sud, juste sous l’Équateur à 500 km de la côte brésilienne du Nordeste.Site naturel du patrimoine universel, sanctuaire écologique mondial renommé, modèle de préservation et plus beau parc marin brésilien, c’est le meilleur spot de plongée du Brésil. Le cadre est magnifique avec ses plages vierges enchâssées dans la nature luxuriante et les îlots, décor d’un océan aux reflets verts et à la faune variée. Destination plongée originale de classe mondiale. Découvrez ce joyau de la Nature hors des sentiers battus. Un reportage de Frédéric Di Méglio. Photos de l’auteur.

 

 

 

UN SANCTUAIRE POUR LES DAUPHINS À LONG BEC

Le gouvernement brésilien a pris des dispositions très strictes de protection environnementale pour ce joyau, patrimoine de l’UNESCO. Les dauphins en font partie et y sont maintenant totalement protégés, il est formellement interdit de nager avec eux. Vous les croiserez par contre lors de vos trajets en bateau. Il reste très rare de les voir en plongée. Ce sont des dauphins à long bec, des Stenella longirostris, dont la population s’est sédentarisée. C’est la plus grosse colonie mondiale de dauphins résidents qui se soit fixée sur un site. La baie des dauphins est proche de la superbe plage de Sancho dont nous reparlerons. Les delphinidés se regroupent dans leur baie et s’y abritent chaque matin de bonne heure après leur chasse nocturne. Il est interdit de pénétrer en bateau dans cette baie. Vous pourrez par contre les observer à la jumelle du haut de la falaise qui domine et où un observatoire a été installé. À l’aurore, après le réveil des nombreux oiseaux marins, sternes blanches et noires qui nichent dans les arbres, des fous et des frégates, vous verrez alors arriver du large par groupes la colonie de plusieurs centaines d’individus, bien repérables par les sauts spectaculaires en pirouette que réalisent ces Stenella. En portugais, ils sont surnommés à juste titre golfinho rotator. De l’observatoire, des gardes les recensent chaque matin et surveillent leurs évolutions dans le cadre d’un projet de recherche sur cette espèce. Le chemin de moins d’une heure qui mène à ce point de vue est très agréable, il emprunte un sous-bois d’essences insulaires, vous pourrez y croiser facilement un iguane terrestre de bon matin. Au retour, je vous conseille d’emprunter le passage et la boucle qui partent vers la plage de Sancho en longeant d’en haut le littoral, les vues sont exceptionnelles. Pour descendre de la falaise sur la plage isolée de Sancho et sa crique, il faut emprunter des échelles serties dans la muraille, l’accès demeure assez facile néanmoins. La baignade y est magnifique, vous serez souvent seuls au monde dans cet écrin et cette dernière a été élue la plus belle plage du Brésil (certains disent du monde) ! À voir absolument.

 

PLONGÉE DANS UNE VÉRITABLE CATHÉDRALE

Située à la toute extrémité sud-ouest de l’île de Fernando, la « caverne du soulier » est une immense cavité sous-marine presque carrée, de 50 mètres de côté, d’une hauteur d’une dizaine de mètres et s’ouvrant sur un fond de 25 mètres de profondeur. Son plancher de sable très fin accueille de nombreuses raies pastenagues américaines de grande taille (Dasyatis americana). D’envergure d’un bon mètre et demi, elles s’ensablent à souhait, parfois seules leurs orbites émergentes les révèlent sur le fond sablonneux. Ici pas de pénombre car la lumière du bleu rentre jusqu’au fond de la caverne par la très vaste ouverture béante. La visibilité est excellente. Aujourd’hui une dizaine de spécimens s’y reposent tranquillement. Et c’est très fréquent. Déjà proches de l’entrée, au niveau des éboulis du tombant, nous avions croisé au passage trois autres individus. Et ce sont deux poissons anges français, des Pomacanthus paru, qui nous ont presque guidés jusqu’ici. Jouant à cache-cache entre les blocs, leurs corps discoïdes montraient leur livrée magnifique d’écailles noires bordées de jaune vif. Le maquillage de l’œil de cet ange est vraiment beau, ourlé de jaune avec un renforcement bleuté. C’est une des meilleures immersions de l’archipel de Fernando de Noronha dont l’univers sous-marin baigne dans une eau claire. La visibilité est ainsi toujours très bonne en plongée. Ici, et dans tout l’archipel, peu de corail et peu de vie fixée, vous trouverez partout un enchevêtrement de blocs et de rochers volcaniques. Passages, cheminées, tunnels et cavernes sont des aspects caractéristiques des immersions à Noronha. La faune y est assez riche de type Atlantique tropical avec de nombreuses raies pastenagues, vous en verrez ainsi presque à chaque plongée, les barracudas en petit groupe sont fréquents ainsi que la rencontre de tortues, requins gris et requins nourrices qui agrémentent la plongée. Les deux plongées par demi-journée se pratiquent d’affilée avec un intervalle surface d’environ une heure. Le club Atlantis Divers est le plus ancien et le plus important des trois structures de plongée de l’île de Fernando. Atlantis a des moniteurs brésiliens compétents et anglophones (c’est appréciable car sur l’archipel la population ne parle pratiquement que le portugais et un lexique est souvent le bienvenu ou à défaut quelques notions d’espagnol). Le centre a été créé par un français Patrick Muller qui a développé plusieurs structures de plongée au Brésil. Deux espèces de tortues marines vivent dans les eaux de l’archipel. La tortue verte (Chelonia mydas) au régime herbivore, laquelle vient se reproduire sur certaines plages entre novembre et avril. À découvrir à pied, en particulier la magnifique plage déserte et isolée du Lion, belle avec ses piscines de roche noire qui rappellent le volcanisme de l’archipel et où jaillissent des jets d’eau lors de la montée de la marée. La baie du Sudeste est aussi un lieu de nidation, grande, très calme et protégée, elle est fréquentée par les tortues vertes, mais aussi par les touristes… Les nids de tortues sont protégés par les patrouilles de gardes du projet Tamar. Autre plage, celle d’Atalaia, avec une magnifique piscine naturelle, son bassin à marée basse se transforme en retenue où abondent les poissons ; pour ceux qui ne savent pas plonger elle permet la découverte, avec un simple masque, d’un vrai aquarium. Autre espèce rencontrée, seulement en plongée par contre, la tortue à écailles (Eretmochelys imbricata) au régime carnivore, bien menacée ailleurs qu’ici de par l’utilisation de ses écailles. Fernando de Noronha, en résumé c’est sur terre des plages de carte postale avec des eaux cristallines. Un total de quatorze plages quasiment désertes, toutes plus belles les unes que les autres.

 


Pour découvrir la suite de l'article, s'abonner
 
   
 

 

       
ESPACE PARTENAIRE
RECHERCHER DANS LE SITE
 
FFESSM
24 Quai de Rive-Neuve
13284 MARSEILLE Cedex 07
FRANCE
Tél : +33 (0)4.91.33.99.31
Fax : +33 (0)4.91.54.77.43
N° indigo : 0 820 000 457
Contacts FFESSM
 
Mentions légales
Liens
Information générales
La plongée en bouteille
La plongée libre
Pratiquer un sport Subaquatique
Les avantages de la licence FFESSM
Accès à toutes les activités avec la licence
Les avantages des partenaires
La boutique en ligne et SUBAQUA
Les dossiers de la FFESSM
Développement durable
DORIS
Les dossiers SUBAQUA
Le clip dela FFESSM
Le sommaire du dernier SUBAQUA
 
Informations pratiques
S'abonner à SUBAQUA
La boutique en ligne
La FFESSM près de chez vous
Enregistrez votre pack découverte
Rechercher un club
Poser votre question