Conseils pour la désinfection du matériel de plongée

Le virus en cause, SARS-CoV2, se transmet soit de façon directe par les gouttelettes (de taille microscopique) produites lors de la parole, la toux ou les éternuements, soit indirectement après avoir été déposé sur une surface inerte.

Dans ce contexte, la contamination par le SARS-CoV2 du matériel de plongée sous-marine (masque, tubas, détendeur, combinaison, appareil de plongée à recyclage de gaz…) majore le risque de transmission entre les pratiquants. Le protocole de désinfection de ce matériel et le choix de la solution adaptée visent à réduire le risque de transmission interhumaine.

1/ Prévention du risque de transmission

Le coronavirus est un virus avec un pouvoir pathogène qui persiste entre deux à trois heures dans l'air en milieu sec et probablement plusieurs heures en ambiance humide. La durée de demi-vie de cette famille d’agents (temps nécessaire pour que 50 % de la charge virale soit inactive) est d'environ treize heures sur de l'inox et seize heures sur du polypropylène. Il pourrait conserver son pouvoir infectieux durant plusieurs jours sur des surfaces lisses non poreuses (acier inoxydable, plastique, céramiques, verre). En revanche, le virus ne conserve pas son pouvoir pathogène lorsqu’il est présent sur du cuivre, du laiton ou du bronze qui sont naturellement des surfaces biocides pour de nombreux agents infectieux et en particulier bactérien.

Tous les coronavirus (dont le SARS-CoV2) sont vulnérables aux savons, aux solutions hydro-alcooliques, au peroxyde d’hydrogène (eau oxygénée), aux ammoniums quaternaires et aux désinfectants ménagers (dont l’eau de javel).

Au sein d’une même structure (associative ou commerciale), le matériel de plongée, et en particulier les détendeurs, peuvent être partagés entre plusieurs utilisateurs. Dans la mesure du possible et en fonction des stocks disponibles, Il est recommandé de délivrer le matériel individuellement à chaque plongeur. Le matériel délivré pourra alors être conservé par un même utilisateur durant la journée, conservé dans un endroit sec entre les plongées. Il fera l’objet d’un nettoyage et d’une désinfection à la fin de la journée.

Dans l'état actuel des connaissances, il n’y a pas lieu de craindre un risque de contamination de l’air de plongée à l'intérieur des bouteilles : les conditions de température et de pression lors de la compression, la présence de filtres sur l’aspiration retenant les particules sur lesquelles le virus pourrait se fixer semblent incompatibles avec la survie du virus.

2/ Nettoyage et désinfection : règles générales

Comme d’autres virus et bactéries, le SARS-CoV2 peut séjourner dans le biofilm qui se forme sur les embouts, dans les soupapes, les tubulures et les circuits des détendeurs ou des recycleurs de plongée. Le matériel soumis à désinfection devra avoir été au préalable nettoyé par un brossage mécanique puis rincé au jet d’eau sous pression. L’enjeu est de permettre ensuite au produit désinfectant d’atteindre la totalité des surfaces du matériel.

Le protocole de désinfection devra s'effectuer par trempage (immersion) dans un bac réservé à cet usage. L'utilisation d'une solution en spray pour le matériel de plongée n'est pas recommandée. En effet, les propriétés virucides n’ont pas été démontrées sur des surfaces avec de la salive, de l'eau de mer ou des particules. De plus, l’application d’un spray est variable d’une personne à l’autre ce qui peut constituer un facteur limitant sur des surfaces aussi complexes que celles d'un détendeur de plongée.

3/ Principes de la désinfection du matériel

Dans tous les cas, la solution de désinfection utilisée devra respecter la norme EN 14476 (pouvoir virucide) et devra être compatibles avec les matériaux constitutifs des équipements de plongée. Elle devra être stockable facilement, utilisable sans danger par les personnes chargées de la manipuler et compatible avec le rejet dans le réseau local des eaux usées. L'utilisateur devra respecter les conditions d’emploi, la dilution et la durée de trempage précisés dans la notice technique d'utilisation.

La séquence devra associer les phases chronologiques suivantes :

  • lavage à l’eau savonneuse avec brossage mécanique à l'aide d'une éponge,
  • rinçage à l'eau douce en utilisant dans la mesure du possible un jet d'eau,
  • désinfection par immersion dans un bac contant la solution biocide,
  • rinçage à l'eau douce impérative avant toute nouvelle utilisation.