10-Préservation

Les activités subaquatiques offrent la possibilité de s'impliquer dans la préservation des milieux naturels en mer ou en eau douce par la formation, la sensibilisation, les écogestes, mais aussi par l'aménagement du site.

LA FORMATION DES PLONGEURS À LA PRÉSERVATION DE L'ENVIRONNEMENT

Les formations délivrées par la FFESSM intègrent des modules de sensibilisation à la protection du milieu naturel dès l'inititation : identification des espèces rencontrées, écogestes, chartes écoresponsables, réglementation sur les espèces protégées et sur les aires marines protégées.

Au travers des différents activités subaquatiques et des brevets délivrés ce sont environ 70 000 personnes qui reçoivent ces formations tous les ans.

  • Depuis 2010, les formations à la plongée en scaphandre (niveaux 1, 2, 3 et guide de palanquée) organisés par la commission technique décline l'ensemble de ces contenus du plongeur débutant au plongeur confirmé. 
  • La commission "Plongée souterraine" de la FFESSM organise une sensibilisation à l’environnement sous terre ou proche des sources.
  • La commission "Apnée" a mis en place en 2007, une unité de compétence sur l’environnement, dès l’initiation. Cette action est basée sur trois points déclinables en fonction du niveau préparé : contact avec les fonds, gestion des déchets et gestion de l’eau douce. Environ 3 000 cartes de brevets sont distribuées annuellement.
  • La commission "Audiovisuelle" (photo et vidéo) met en place au début de tout cursus de formation des pratiquants de la photographie et du film subaquatiques, un cours intitulé « Respect de l’environnement » où sont développés les différents aspects, positifs ou négatifs, de l’interaction entre le plongeur photographe ou vidéaste et le milieu dans lequel il évolue.
  • Enfin, la commission qui encadre la pratique de la pêche sous-marine développe la notion de pêche responsable : respect des sites, connaissances des poissons et surtout les périodes de reproduction. Elle préconise aussi de pêcher des espèces au dessus des tailles réglementaires (mailles biologiques) qui correspondent à un cycle de reproduction au minimum.

DIFFUSION DES CONNAISSANCES

La commission "Environnement et biologie subaquatiques" organise des stages et des formations spécifiques à la biologie subaquatique et participe activement à à l'évolution des connaissance sur le milieu marin. Elle développe et diffuse une culture du plongeur naturaliste.

ECOGESTES

La FFESSM développe des pratiques neutres pour le milieu : éviter les contacts et dégradations par une bonne technique de stabilisation, de palmage et d'équipement.

Elle encourage une exploration douce des habitats naturels et une approche non stressante des espèces, en évitant touchers, nourissages, poursuites, et autres dérangements.

Enfin elle concourre à une meilleure préservation des sites en proposant de signaler les pollutions éventuelles, ou de contribuer à des campagnes sur le repérages d'espèces ...

AMÉNAGEMENTS ET ÉQUIPEMENTS DES SITES DE PLONGÉE

Les aménagements des sites de plongée ont pour objectif de limiter l’impact de l’activité sur le milieu, mais aussi d’en faciliter l’organisation et la sécurité. Cependant, les aménagements ne sont que des moyens, et la préservation du milieu en mer ou en eaux intérieures, passe avant tout par la formation, I’information et l’autonomie des pratiquants. Les sites équipés doivent de fait rester l’exception.

Les sites équipés sont en effet de nature à constituer, rançon de leur succès, des points de fréquentation plus soutenus. ...À utiliser et à gérer avec discernement afin que leurs effets ne soient pas contraires à leurs objectifs !

Lorsque les sites sont très fréquentés, les aménagement permettent de limiter les impacts de cette fréquentation, en évitant les mouillages répétés, les piétinements intempestifs de berges..., et d’organiser l’accès dans un espace faisant souvent l’objet d’une gestion spécifi que. Attention, selon les situations de pratique (courant, type de plongée, état de la mer, marées, fragilité des fonds...) l’équipement des sites n’est pas toujours une solution adaptée.

Les principaux équipements et aménagements :

  • En mer :
    • Points d’amarrage des bateaux de plongée : en surface, immergés, ou au fonds
  • En eau douce :
    • Pontons et calles de mise à l’eau
    • Plate-formes d’entraînement techniques
    • Bouées d’appui en surface
  • À terre :
    • Parkings
    • Toilettes…

Compte tenu des investissements parfois importants que nécessitent ces équipements, et dès lors qu’ils se situent sur le DPM (domaine public maritime), la maîtrise d’ouvrage de ces aménagements (autorisations d’occupation temporaire (AOT), investissements et interventions nécessaires à l’équipement et à l’entretien des sites) est assurée par les structures gestionnaires des sites (collectivités, gestionnaires d’aires marines protégées, gestionnaires de sites Natura 2000).

Des chartes de partenariat et parfois des conventions sont généralement établies avec les clubs, ou les OD afin de définir l’usage de ces équipements : fréquentation, nombre de plongeurs, niveau technique requis…


Pour les bonnes pratiques subaquatiques (écogestes du plongeur responsable), voir xxx