2-Les écogestes

Les écogestes permettent d'agir très concrètement pour préserver l'environnement.

Par où commencer ?

La première étape consiste à faire un état des lieux de vos pratiques, qu’elles touchent au bâtiment (si le club en dispose) et au matériel aussi bien qu’aux comportements adoptés avant, pendant et après la plongée.

Sur cette base, se questionner : que puis-je améliorer ? mon club est-il suffisamment développé pour envisager la rédaction d’un projet associatif (qui permettra de se fixer des objectifs concrets) ? Comment envisager les aspects environnementaux et socioéconomiques de mes pratiques ? comment les intégrer à mon projet ?

Ne soyez pas trop ambitieux au risque de vite vous décourager, mais évaluez les actions réalisables par votre club et ses bénévoles au regard des ressources disponibles (en temps, en moyens humains, matériels et financiers).


Les écogestes du plongeur responsable


La FFESSM met à votre disposition une affiche et un livret "Les écogestes du plongeur responsable", avec une proposition de 10 écogestes :

1/ Je respecte les sites naturels

2/ J'économie l'eau potable

3/ Je participe à des actions citoyennes

4/ Je prends soin de mon matériel

5/ J'évite les pollutions

6/ Je favorise les transports collectifs

7/ J'applique le tri sélectif

8/ Je m'équipe responsable

9/ Je consomme local et de saison

10/ J'économise l'énergie

 

Quelques exemples de mise en oeuvre :

  • Economiser l’eau potable : limiter la durée des douches en piscine ou dans les locaux des clubs ; utiliser des bacs de rinçage, des jets à débit limité ou l’eau de récupération pour nettoyer le matériel ; ne pas rincer le matériel en eau douce, ...
     
  • Eviter les contacts avec le substrat naturel (palmages violents, matériels non attachés, mauvaise stabilisation) et observer en douceur les espèces : pas de toucher, de nourissage, ou de poursuite.
     
  • Participer à des actions citoyennes : opérations de ramassage des macro-déchets dans les plans d’eau, les ports ou les rivages ; s’investir dans les opérations liées à des causes environnementales ou sociales organisées par sa municipalité, son club, ...
     
  • Prendre soin de son matériel : éviter sa dégradation par négligence (choc, chutes...), le conserver au sec et à l’abri entre deux utilisations, le faire réparer si défectueux plutôt que d’en changer, ...
     
  • Eviter les pollutions : ne rejeter à la mer aucun emballage, mégot ou autre objet non biodégradable ; utiliser des savons biodégradables pour enfiler les combinaisons ; entretenir le moteur de son bateau pour éviter les rejets d’hydrocarbures, ...
     
  • Favoriser les transports collectifs : développer le co-voiturage pour se rendre à des entraînements hebdomadaires, aux stages ou aux sorties en milieu naturel ; privilégier les transports en commun quand les sites sont accessibles ; emprunter le matériel encombrant et lourd pour éviter d’avoir à le transporter, ...
     
  • Appliquer le tri sélectif : utiliser les conteneurs de tri collectifs mis à disposition dans les clubs ou sur les sites ; remporter tous les déchets pour lesquels il n’y a pas de collecte (piles par exemple) ; ...
     
  • S’équiper responsable : privilégier les produits en matériaux recyclés et les produits certifiés sans nuisance pour l’environnement ; privilégier les équipements à faible émission carbone ; éviter les produits ayant trop d’emballages ; ...
     
  • Consommer local et de saison : vérifier la provenance des produits ; choisir des produits alimentaires de saison en particulier pour les fruits et légumes ; privilégier les marchés locaux, les restaurants et commerces de proximité ; ...
     
  • Economiser l’énergie : éviter de faire fonctionner les moteurs de voitures et de bateaux en sur-régime ; limiter les éclairages inutiles, dans les salles du club mais aussi pour les phares de plongée ; ...